fbpx

Quand j’ai décidé de lancer Joya Books, je ne pensais pas que ce serait si dur.

Mais commençons par le commencement !

Le push initial

L’idée d’un business de livres me trottait dans la tête depuis quelque temps. Je travaille pour la même entreprise depuis plus de 7 ans, et j’avais besoin d’un projet qui me motive à me lever le matin.

En juillet 2020, je me suis lancée dans ce projet en commençant par faire un brainstorming avec moi-même, guidé par le livre Building a Story Brand. Ce livre m’a beaucoup aidé à mettre mes idées sur le papier, à comprendre ce que je pouvais apporter d’unique (work in progress 😉)

La première idée

D’abord, je suis partie sur le concept d’une bento box, où l’on pourrait choisir les « ingrédients » autour du livre. Une sorte de coffret cadeau personnalisable. Une fois l’idée « génial » trouvée, je me suis penché sur l’emballage, et c’est là que mon idée de Bento s’est révélée irréalisable. Vu le nom, je voulais bien entendu qu’en ouvrant la boite, mes clients aient l’impression d’ouvrir une bento box ! Logique. Mais le coût des inserts en carton était tout simplement exorbitant. Ça aurait été un casse-tête sans nom !

Les carnets qui m’ont accompagnés au début de Joya Books

Bref, j’ai rouvert mon petit carnet et j’ai continué de chercher un nom et un concept qui me parleraient. Et un jour, en mettant bout à bout mes idées, j’ai eu la révélation. Entre JOY et JOYAU, ce serait JOYA BOOKS.

Let’s the fun begin !

L’étape suivante était celle que j’attendais avec le plus d’impatience. J’ai demandé à ma copine Lauraine de créer mon identité visuelle et mon logo. En octobre 2020, je l’ai contacté pour qu’on commence à travailler ensemble. Elle m’a proposé une première ébauche et des croquis très prometteurs. Et puis, ma vie a été chamboulée par des évènements pas très gais et le projet a été mis en pause.

En février 2021, je sortais enfin la tête de l’eau, je me suis remotivée et j’ai recontacté Lauraine. Entre-temps, elle était tombée enceinte avec un accouchement prévu en mars et son livre sur le féminisme avait été accepté par Casterman. Elle voulait profiter de son congé pré-accouchement pour bosser dessus. J’ai eu un peu peur qu’elle me dise qu’elle ne pouvait finalement plus travailler sur Joya. Heureusement, elle a trouvé du temps pour moi et grâce à elle, les couleurs et le logo Joya sont nés !

Croquis initiaux du logo Joya Books
Croquis plus romantiques du logo Joya Books

Je trouve qu’elle a parfaitement compris mon univers. Le logo représente Joya à la perfection !

La création du site sur WordPress

L’étape suivante consistait à créer mon site. J’ai donc acheté une formation avec Charlène de It’s arty Studio pour apprendre à créer mon site sur WordPress et DIVI. Ça n’a pas été facile, mais grâce à sa formation pas-à-pas (et à l’assistance personnalisée), j’ai fini par apprivoiser ces deux outils et maintenant, je suis indépendante.

Le choix de l’offre

Au lancement de Joya, je ne voulais pas faire de formule par abonnement. La raison est simple, j’ai un boulot à temps plein et un petit garçon de 3 ans, je n’avais donc pas envie de me mettre de pression. La première offre comprenait donc des coffrets de livres vendus à l’unité.

Retour à la réalité

Les premiers mois ont été… comme dire… dur ! J’ai eu quelques commandes de gens que je connaissais, mais on ne peut pas dire que les ventes affluaient.

En septembre, j’ai décidé de payer pour être sur les sites Toutes les Box et La box du mois, parce qu’il fallait bien qu’à un moment les gens sachent que j’existe si je voulais vendre mes coffrets.

Je passe très rapidement sur cette période, mais comme vous pouvez l’imaginer, je suis passée par de grandes périodes de doute et de remise en question. Je me suis dit que les box étaient trop chères, pas assez garnies, trop spécifiques, le texte du site pas assez clair, ou alors que je ne passais pas assez de temps sur les réseaux pour les promouvoir, que je ne faisais pas de belles photos… Bref, le découragement me gagnait. Je passais un temps fou à planifier et écrire des articles, faire des photos, les publier, écrire des posts un tant soit peu intelligents, faire de la pub sur Facebook, commenter les posts de bookstagrammeuses, liker, commenter, liker, commenter, liker, commenter, liker, commenter 🤯

Les premières ventes

Et un jour, j’ai commencé à avoir quelques ventes ! De personnes que je ne connaissais pas. En septembre, j’ai vendu 3 box, j’étais HEUREUSE. Franchement, tant qu’on ne l’a pas fait, on ne sait pas à quel point vendre, c’est dur.

Moi-même, quand j’ai commencé, je me disais que ça irait. Je me disais même qu’au bout d’un an, j’aimerais pouvoir en vivre. Quelle naïveté ! Je suis partie de zéro, pas de formation, pas d’école de commerce, pas d’entrepreneur dans la famille, RIEN !

Chaque vente est une victoire. Une victoire douce-amère. Douce, parce que quand j’envoie une box, j’espère sincèrement que les livres plairont. Amère, parce qu’elle me demande tellement d’énergie que je me sens frustrée.

Fin décembre, et grâce aux fêtes de fin d’année, j’avais quand même réussi à vendre une cinquantaine de coffrets. Pas trop mal 🤩

Changement de direction avec la box en anglais

La box de livres de décembre

Pour revenir à la chronologie de Joya, en novembre 2021, j’ai décidé de lancer la box de livres par abonnement en anglais. Je me disais qu’il y avait un marché à prendre pour les anglophones installés à l’étranger qui aiment la surprise des box de livres. Un projet un peu trop ambitieux, je le vois maintenant. Je me suis aussi dit que cette box pourrait plaire aux francophones qui veulent lire en anglais, sans savoir par où commencer. Et en plus, en tant que traductrice, je me sentais un peu plus légitime sur ce segment.

Et puis en décembre, je me suis dit que mon offre était peut-être un peu trop compliquée. D’un côté, j’avais des coffrets sans abonnement en français, et de l’autre une box de livres en anglais par abonnement. En mars 2022, j’ai donc décidé de lancer une version en français de ma box par abonnement. Je me suis dit que j’ajouterais des coffrets cadeaux de livres sans abonnement au fur et à mesure. Des coffrets un peu plus garnis pour ceux qui n’aiment vraiment les abonnements.

Le coffret sans abonnement pour découvrir Peter Swanson et son coup de coeur littéraire

Dans la foulée (vous voyez, je me remets en permanence en question), j’ai décidé de lancer les box Petits Meurtres avec des romans Cosy mystery ou polar soft (en français et en anglais). Mais est-ce que finalement, ça ne fait pas trop pour moi ? Avec le recul, je vois bien que j’ai voulu tout faire pour maximiser mes chances de plaire, mais je me suis perdue en chemin.

Cosy Mystery au rendez-vous avec les soeurs Brontë

Peut-être devrais-je arrêter les petits meurtres et me consacrer uniquement à la littérature étrangère contemporaine en français et en anglais ?

Pour celles et ceux qui aiment les chiffres, mes abonnées se partagent assez équitablement entre la box en français et la box en anglais. Avec une belle avance pour les box de littérature contemporaine.

Mes points faibles

Et d’Instagram, on en parle ? À certains moments, j’avais plus l’impression d’être une créatrice de contenu qu’autre chose. Il y a déjà une telle quantité de posts sur la plateforme, que je ne vois pas comment je pourrais apporter quelque chose de plus. Depuis quelques semaines, je peine à poster deux fois par semaine comme je l’ai fait pendant presque un an. Mon cerveau s’est mis en pause de ce côté-là.

Est-ce que j’en vis ?

En toute transparence, aujourd’hui Joya Books me coûte de l’argent. Je ne vends malheureusement pas assez de box pour couvrir mes frais fixes. J’essaye de garder en tête mon l’objectif et de ne pas regarder les ventes au jour le jour. D’ici la fin de l’année, j’aimerais avoir 50 abonnées. 50, ce n’est pas beaucoup me direz-vous.

Et pourtant.

Recevez immédiatement le guide secret pour trouver votre prochain roman préféré

Les meilleurs livres se trouvent là où on ne les attend pas. Et ils seront bientôt entre vos mains.

Et tous les mois, découvrez mes conseils de lecture et sources d'inspiration

Merci pour votre confiance, votre guide est en route !